Neige

Publié le par Koka

Ah, que ne ferais-je pas pour vous... La neige est à l'honneur dans bien des blogs, je ne pouvais faire autrement que d’apporter ma contribution à cette mode oh combien rafraîchissante ! Il faut d'ailleurs bien que je célèbre la magie de la neige, dont les charmes discrets et silencieux nous font sereinement retrouver des sensations d'enfance. 

Et me voilà partie, pendant qu’il fait encore jour, pour chercher une photo à même d’illustrer cet article. Je sors en sifflotant de mon bureau, portable en poche, l’air de dire ‘Je ne fais rien d’important’. Je n’ai pas mis mon manteau, ça ferait louche. En descendant l’escalier, je prie pour ne croiser personne, et je cherche une excuse, au cas où. Quand la porte s’ouvre, je frissonne, mais je persévère. Le ciel – gris – est avec moi : je n’ai encore vu personne. Le pas vif, l’air de savoir où je vais, je me dirige au hasard, vers l’image éventuelle. Il faudrait que j’évite les immeubles – ils sont trop laids, et je ne voudrais pas qu’on puisse reconnaître le lieu exact, on ne sait jamais… Enfin, je repère l’arbre, le ciel… mais je dois m’approcher pour cadrer correctement. Et me voilà en train de patauger dans l’herbe glacée, lançant des regards discrets autour de moi pour repérer les intrus éventuels. Ouf, l’image est dans la boîte. Glacée jusqu’aux os, je peux enfin retrouver mon bureau bien chauffé, les chaussures encore humides, et me faire un bon thé chaud. Mission accomplie.

2010-11-30_1.jpg

 

 

Une fois arrivée à ce point, je ne peux pas en rester là. J’ai sorti mon « Dictionnaire des idées suggérées par les mots », après tout la composition passe par les associations d’idées, et cherché ‘neige’. Blanc comme neige. Les neiges d'antan. Neiges éternelles. Congères. Flocons. Cristaux. Avalanche... Une idée en entrainant une autre, voilà le résultat, sous la forme d'un Haïku :

 

L'érable sabre

L'éternité de flocons,

Deux traces de pas.

 

 

 

Et puis, il y a la magie des flocons…

2010-11-30 3Prosaïquement, la forme des cristaux varie en fonction de la température, mais aussi du degré d’humidité. Les cristaux sont classifiés en sept formes principales.

  

Poétiquement, il suffit de regarder pour voire un monde merveilleux…

2010-11-30_4-copie-1.jpg 

Un monde merveilleux ? Qu’en est-il des mythes (c’est ma marotte du moment, vous l’avez compris) ? Que j'ai aimé chercher ces légendes des neiges... 

 

2010-11-30 5Dans la mythologie grecque la neige est personnifiée sous les traits de Chioné, fille de Borée. Cette Chioné ne dois pas être confondue avec Chioné, fille de Dédalion, dont l'histoire est bien plus connue et détaillée.

Apollodore raconte :

 " Orithye étant à jouer sur les bords du fleuve Ilissus, fut enlevée par Borée [dieu du vent] ; elle en eut deux filles, Cléopatre et Chioné ; et deux fils, Zéthus et Calais, qui étaient ailés. […]

Chioné [ou la neige personnifiée] ayant couché avec Neptune , à l'insu de son père, accoucha d'un fils nommé Eumolpe, qu'elle jeta dans la mer pour que personne ne s'en aperçût. Neptune l'ayant pris, le porta en Ethiopie, et le donna à Benthésicyme , l'une des filles qu'il avait eues d'Amphitrite."

Là s’arrête l’histoire. Ce que devint Chioné n’est écrit nulle part.

On en sait un peu plus sur Eumolpe, prètre, poète et guerrier, qui s'établit à Eleusis, et fit la guerre avec les habitants de cette ville aux athéniens. On dit qu'il périt sur le champ de bataille avec ses deux fils. 

  

 

2010-11-30 6Dans la mythologie japonaise, Yuki Onna est une belle femme aux cheveux longs et à la peau très blanche, quasiment transparente. Malgré sa grande beauté ses yeux frappent de terreur. Elle flotte au-dessus de la neige, ne laissant pas d'empreintes dans celle-ci. Elle a la capacité de se transformer en un nuage de neige ou en brume si elle se sent menacée.

Voici l'histoire qu'on raconte.

Alors qu'une effroyable tempête sévissait sur la forêt, le bucheron Mosaku et son apprenti Minokichi âgé de 18 ans, se réfugièrent dans une petite cabane. Pendant la nuit, le feu dans la cheminée s'éteignit et le froid réveilla Minokichi. C'est alors qu'il vit dans la petite pièce une jeune femme vêtue d'un kimono blanc se pencher sur le vieux bûcheron et lui souffler son haleine glaciale au visage. Puis elle se retourna vers le jeune homme qui était tétanisé par la peur, mais elle fut prise de pitié et lui dit:” Je ne vous tuerai point si vous promettez de ne jamais raconter ce que vous avez vu ce soir “. Le lendemain matin Minokichi se réveilla et se rendit compte du décès de son patron mais il ne savait pas dire si, pendant cette terrible nuit il avait rêvé ou pas.Plus tard, le jeune apprenti rencontra une jeune fille fort belle qui se nommait Oyuki et qu'il ne tarda pas à épouser. Ils eurent de nombreux enfants et passèrent de merveilleuses années ensemble.

Un jour, alors qu'il la regardait coudre, il lui raconta l'histoire de cette étrange nuit où il avait rêvé ou réellement rencontré la reine des neiges. Yuki Onna, car c'était elle, se mit en colère et l'abandonna; elle épargna sa vie en raison de leurs enfants mais elle lui promit de venir le châtier s'il n'était pas un bon père pour eux puis elle se transforma en une sorte de brouillard blanc et disparut par le trou de la cheminée.

 

2010-11-30 7Dans Mythologie hawaïenne, Poliahu est la déesse des montagnes enneigées, et l’ennemie de Pele, déesse du feu et des volcans. Toutes deux étaient d’une beauté incomparable, et avaient séduit un grand nombre de chefs mortels.

Leur rivalité était née autour d’un jeune chef Maui nommé Ai-wohi-ku-pua. Ce dernier était en route vers l’île d’Hawaii afin d’y courtiser une cheftaine, nommée Laie, dans le but de l’épouser.

Alors qu’il pagayait le long de la côte d’Hana, il aperçut Pele sous une forme humaine d’une grande beauté et portant le nom d’Hina-i-ka-malama. Ai-wohi-ku-pua s’arrêta pour la rejoindre et la connaître, puis il continua son chemin jusqu’à Hawaii, où Poliahu le séduit à son tour.

Il demanda à Pele de le délivrer de la promesse qu’il lui avait faite et il partit vers l’île de Kaua’i avec la déesse des neiges. Mais Pele, sous la forme d’Hina-i-ka-malama les pourchassa, furieuse, et finit par regagner son amant. Poliahu se montra particulièrement vindicative et leur envoya des bourrasques glaciales jusqu’à ce qu’ils soient séparés, et que 'AI-wohi-ku-pua se retrouve seul.

 

2010-11-30 8Dans la mythologie amérindienne, Aisoyimstan, monté sur son cheval blanc, est la divinité de la neige.

Il est Dieu Blanc et ' le Fabricant Froid ' qui recouvre la terre avec le gel et la neige. Il n'est pas facile de l’apercevoir au travail car il est complètement blanc, avec des cheveux blancs et des vêtements blancs. Il chevauche même un cheval blanc. Il faut être vraiment près de lui pour apercevoir le blanc de ses yeux.

 

2010-11-30_9-copie-1.jpgBien sûr, il y a aussi Blanche-Neige, dont l'histoire, ultra connue grâce à Walt Disney et au dessin animé qui a bercé la jeunesse de plusieurs générations. La neige n'y est cependant pas très présente, à part - mais est-ce la peine de le préciser, dans le nom de l'héroïne du conte.

C'est pourquoi, je vous invite aussi à découvrir l'histoire, moins connue, de La Reine des Neiges, écrite par Andersen, et dont vous trouverez le texte intégral ICI.

J'y ai rajouté quelques poèmes sur le sujet, que je n'ai pas toutes recopiés ici pour ne pas surcharger cet article. Je voudrais quand même attirer votre attention sur les vers simples et puissants de Maurice Carème. 

 

Il a neigé (Maurice Carême)

 

Il a neigé dans l'aube rose,
Si doucement neigé
Que le chaton noir croit rêver.
C'est à peine s'il ose
Marcher.

 

Il a neigé dans l'aube rose
Si doucement neigé
Que les choses
Semblent avoir changé

 

Et le chaton noir n'ose
S'aventurer dans le verger
Se sentant soudain étranger
A cette blancheur où se posent
Comme pour le narguer,
Des moineaux effrontés.

Publié dans Mythologie et symboles

Commenter cet article

salvatore sanfilippo 05/12/2010 21:10



quand on regarde la structure des flocons on se dit que la nature est une grande artiste


Les poèmes de maurice carême sont bien tournés avec des mots simples quoi qu'en disent certains ( notammant des inspecteurs à l'école qui n'aiment pas que les instits fassent apprendre ses
poèmes car parait-il ce n'est pas de la grande poésie )


Ses mots sonnent justes et sont plein d'émotions


dis donc, tu fais concurence à wikipedia avec tes articles!



Koka 09/12/2010 14:02



ça, c'est certain que la nature est une grande artiste !


Pour la concurrence à Wikipedia... je devrais peut-être créer une "encyclopédie des mythes et des symboles" ?!?


Bises !



l'or des chambres 05/12/2010 12:40



Un billet magnifique pour qui aime la neige, j'ai beaucoup aimé la mythologie japonaise, quand à la reine des neiges j'aime beaucoup ce conte, qu'il soit exploité en livre ou en film... Merci
d'avoir laissé des commentaires chez moi cela m'a permis de découvrir ton très joli blog, qui est dorénavant sur ma liste de favoris...


Bon dimanche !



Koka 09/12/2010 14:00



Merci ! Que c'est gentil d'être venue découvrir mon blog ! Moi aussi, j'aime beaucoup l'histoire de la reine des neiges !


Bises, bonne journée



Chic 02/12/2010 20:28



Belle photo ! Le pauvre il doit avoir froid



Koka 03/12/2010 00:40



Merci... je devrais peut-être aller lui mettre une écharpe ?



michelaise 01/12/2010 22:18



Que vas-tu imaginer Aloïs, au bureau elle s'occupe des températures, des intempéries et des consommations qui en découlent !!!! forcément qu'elle n'a pas le temps de se pencher sur la Reine des
Neiges !! oups ????



Koka 02/12/2010 11:30



Hum... faudrait voir à ne pas trop en dire sur mon boulot, là !!



michelaise 01/12/2010 22:16



Quelle équipée, tu aurais pu prendre froid ma douce ! Elle est belle ta photo dans la boîte pour nous. Ai découvert avec plaisir les 7 formes de crixtaux, mais oui, mais c'est bien sûr, cela
dépend de la température !!!


Jamais entendu parler de Chioné, encore une de ces pauvres victimes de dieux séducteurs !! oups, faut croire que la mythologie en regarge. Quant aux autres, c'est passionnant car cela montre la
fascination qu'exerce la neige sur toutes les civilisations.


Le Maurice Carême est absolument craquant, tellement évocateur.Je t'avoue que quand j'ai lu ton titre, je me suis dit "encore la neige"... bon d'accord ici pas une trace de manteau blanc mais il
parait qu'on ne perd rien pour attendre. N'empêche que tu traites ce sujet rebattu avec brio et que, une fois n'est pas coutume (!!!???qui a dit quoi que ce soit pour me contredire ??? silence
dans les rangs) je suis fière de ma Koka !!



Koka 02/12/2010 11:29



Prendre froid ? Moi ? Une santé de fer !! Si tu as une loupe et des flocons de neige, tu pourras les voir, les formes de cristaux !


Chioné, elle est bien peu connue : son histoire fait en tout 5 lignes ! Il faut dire, en grèce, il n'y a pas tellement de neige !!


Et j'approuve, le poème de Maurice Carême mérite qu'on s'y arrête !


Bisous !!